HOPITAL : DES PAROLES QUI JUSTIFIENT LA POURSUITE DE L'ACTION !

 

Des déclarations, parfois pour le moins contradictoires, ont été faites à diverses reprises. En toute transparence nous en donnons le contenu. A chacun, à chacune de se forger son opinion.

M. le Directeur de la DDASS nous a dit qu'il reconnaissait que le déficit de l'hôpital était structurel du fait de la tarification à l'activité (T2A) mais que l'ARH ne disposait pas de crédits spécifiques destinés à corriger cet état de fait. " La solution appartient aux politiques ". C'est pourquoi nous pensons qu'il est tout à fait naturel d'agir auprès du Député.

M. le Directeur de l'ARH a renouvelé que le SROS 3 reconnaissait l' " exception géographique " et maintenait tous les services. Mais il ajoute aussitôt : " Un hôpital incapable d'équilibrer sa gestion avec la T2A n'a pas d'avenir " !!!

De son côté, le Ministre de la Santé a désigné des " experts " du Conseil National de la Chirurgie pour diligenter une étude sur les activités chirurgicales de 120 petits hôpitaux. Le Directeur de l'ARH leur a demandé un rapport pour les hôpitaux de la Vallée de la Drôme. Le responsable, M. GUIDICELLI (déjà venu en 1997) et nommé chargé de Mission par M . le Ministre de la Santé lui-même, a demandé à rencontrer des représentants du Collectif de Défense de l'Hôpital. Voici quelques extraits de leurs arguments :

- L'hôpital de Die n'est pas une exception géographique.

- Peut-on maintenir une activité chirurgicale si le nombre d'actes accomplis n'est pas suffisant pour assurer la fiabilité ?

- Seules les structures comprenant au moins six à huit chirurgiens sont fiables. etc. etc.

Ces experts vont rédiger leur rapport et donneront les orientations. " Ce sera aux responsables de trancher ", ont-ils dit. Une raison supplémentaire pour amplifier l'action et rencontrer le Député.

Dès la semaine prochaine, lorsque la date sera connue, nous appellerons à un rassemblement devant sa permanence de Die pendant qu'une délégation sera reçue.

Actuellement, nous recensons plus de 3100 signatures sur la pétition. Ensemble, poursuivons l'action !

COLLECTIF DE DEFENSE DE L'HOPITAL DE DIE

Le 21 mars 2006