Compte rendu succinct de la rencontre du 11 février 2010 entre "TOUS ENSEMBLE" et le Directeur de l’A.R.H

Soins de surveillance continue :
Seul dossier où il semble y avoir une ouverture. L’établissement doit rapidement faire passer un argumentaire avec des analyses techniques et médicales pour que le dossier passe à la commission exécutive de l’ARH qui aura lieu le 11 mars prochain

Plateau technique et services actifs :
On nous confirme que le service de maternité doit se transformer en centre périnatal et que le service de chirurgie doit évoluer en chirurgie programmée de semaine dès le printemps 2011. L’ARH nous incite dès à présent de passer des coopérations et des conventions avec les établissements voisins pour anticiper ces transformations.
(A noter que Martin Malvy refuse que Decazeville coopére avec Figeac)

L’ensemble de la délégation du "Tous Ensemble" considèrent ces propositions inconcevables, car nous n’accepterons jamais une diminution de l’offre de soins sur un bassin de près de 50 0000 habitants. Nous lui faisons part de la nécessité de conserver un plateau technique avec tous ses services (Bloc, Chirurgie, Maternité et Soins Surveillance Continue) et que nous ne sommes pas opposés à étudier toutes propositions de coopérations avec les établissements voisins si cela permet d’apporter une plus value à notre hôpital. Que les besoins de la population en matière de santé étaient trop importants dans nos territoires.

Dossier Bournazel :
Nous lui rappelons que ce dossier consenti et approuver par l’état, avait été signé il y 2 ans par l’ARH. Dans le contrat était prévu une aide financière 450 000€/an pour la construction. Aujourd’hui l’autorisation de construite n’a toujours pas été attribué et les financements bloqués. Monsieur Gauthier nous dit qu’il va reprendre l’historique du Dossier et nous tenir au courant rapidement. Monsieur Poquet, Directeur de la DASS, nous tient ce propos "Il faut optimiser les surfaces actuelles !!!"

En clair, les fonctionnaires de l’ARH et de la DASS s’en tiennent aux orientations de la loi HPST, c'est-à-dire réduire l’offre de soins de notre hôpital. Entre Rodez et Brive, Aurillac et Montauban un vrai désert sanitaire va s’installer. Battons-nous pour empêcher ce génocide passif de tout un territoire. Les personnels et l’ensemble de la population rassemblé devant l’hôpital, mercredi 10 février, ont fait savoir sa détermination à maintenir et développer une véritable offre de soins sur le Bassin Decazevillois.

La solidarité, la lutte et le rassemblement doit s’amplifier.